Les aides financières pour rénover votre logement ancien


Pour réaliser la rénovation énergétique d’un logement ancien, il est possible de bénéficier d’aides financières accordées par l’Etat. Certains dispositifs permettent de financer une partie du coût des travaux engagés. Dans le cadre de l’achat d’une maison à rénover, vous pouvez profiter d’aides intéressantes pour l’isolation des fenêtres ou le remplacement d’une chaudière vieillissante. Zoom sur les dispositifs dédiés à la performance énergétique. 


Acheter un bien ancien moins cher et le rénover : une opération gagnante


Acquérir un bien immobilier ancien coûte en moyenne moins cher qu’acheter un logement neuf. Lorsqu’il y a des travaux à réaliser, la décote peut grimper jusqu’à 30% dans certaines zones. L’opération se révèle intéressante. D’autant plus que l’Etat a mis en place des conditions financières avantageuses pour les propriétaires d’un bien ancien à rénover. 


Dans le cadre du plan de rénovation énergétique des bâtiments, l’Etat prévoit en 2019 une enveloppe de 14 milliards d’euros visant à l’amélioration énergétique de 500 000 logements. Pour inciter les Français à se lancer dans des travaux de rénovation énergétique, des aides sont proposées au niveau national et localement. 


Améliorer la performance énergétique globale d’un logement présente plusieurs avantages facilement valorisables à la revente : 

  • la réalisation d’économies grâce à la diminution des factures d’énergie
  • l’optimisation du confort quotidien 
  • l’augmentation de la valeur patrimoniale du bien 

Plus globalement, la réduction de la consommation d’énergie participe à limiter l’émission des gaz à effet de serre, en partie responsables du changement climatique. 


Les différentes aides financières pour la rénovation énergétique en 2019


L’année 2019 marque une évolution des aides financières allouées au titre de la rénovation énergétique. Voici le détail des changements à noter pour le Crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE), l’Eco PTZ ou encore le coup de pouce CEE pour le chauffage ou l’isolation. 


Le CITE élargi à de nouvelles dépenses 


Le Crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) permet de déduire de son impôt sur le revenu une partie des dépenses engagées pour réaliser des travaux d’amélioration énergétique. Si le crédit d’impôt dépasse le montant de l’impôt annuel, le propriétaire peut percevoir l’excédent. 


En 2019, le taux du crédit d’impôt est passé à 50% (au lieu de 30%) selon le bouquet de travaux concerné et sous conditions de ressources. Dans tous les cas, le montant des dépenses éligibles est plafonné à 8 000 euros pour une personne seule et 16 000 euros pour un couple (majoré de 400 euros par personne à charge), par période de 5 ans. De plus, le CITE concerne également les coûts de main-d’œuvre pour l’installation d’équipements exploitant des énergies renouvelables.  


L’Eco-prêt à taux zéro étendu dès le 1er juillet


Prêt à taux zéro accessible sans condition de ressources, l’Eco-prêt à taux zéro permet de financer les dépenses liées à l’achat et la pose des équipements, le coût de la dépose et mise en décharge des équipements existants, les frais de maîtrise d’œuvre et d’études, les frais d’assurance maître d’ouvrage et le coût des travaux induits. 


Prorogé jusqu’en 2021, l’Eco-prêt à taux zéro est étendu dès le 1er juillet 2019 à tous les logements datant de plus de deux ans et à l’isolation des planchers bas. Ce prêt facilite le financement de travaux liés à l’isolation de la toiture, des murs, des portes et fenêtres, remplacement du système de chauffage ou de production d’eau chaude sanitaire…


Le dispositif coup de pouce CEE étendu 


Les aides des fournisseurs d’énergie (CEE) sont versées sous forme de primes, de prêts bonifiés ou encore de diagnostics, proposées par certaines entreprises. Le « coup de pouce chauffage » et le « coup de pouce isolation » sont attribués aux ménages aux revenus modestes. Ces derniers bénéficient ainsi de primes exceptionnelles pour payer par exemple l’isolation de la toiture, des planchers bas ou encore le remplacement d’une vieille chaudière (charbon, fioul ou gaz). 


Les autres aides et dispositifs 


  • Un taux réduit de TVA à 5,5% pour les travaux d’amélioration de la performance énergétique : concerne les logements achevés depuis plus de 2 ans. 
  • Les aides du programme « Habiter Mieux » de l’Agence Nationale de l’Habitat (Anah) pour les travaux permettant de diminuer de manière drastique les déperditions d’énergie (attention non cumulables avec l’Eco-PTZ).
  • L’exonération de la taxe foncière (totale ou partielle) accordée par certaines collectivités pour les logements construits avant le 1er janvier 1989.

Mise à jour le 04/06/2019