Nos conseils pour vos travaux de rénovation énergétique

L’énergie occupe une part de plus en plus prépondérante dans le budget des ménages français. Les factures liées à l’électricité et au chauffage figurent parmi les charges minant le pouvoir d’achat. Et ce poste de dépenses augmente proportionnellement à celui de l’énergie ! L’une des solutions ? Réaliser des travaux de rénovation énergétique sur son logement. Remplacer ses fenêtres, changer sa chaudière vieillissante, isoler ses combles… Par quels travaux de rénovation commencer ? Comment obtenir des aides financières ? Nos conseils pour réussir votre rénovation énergétique. 


Réaliser un audit énergétique de votre logement 


Selon l’Insee, les dépenses d’énergie représentent 8,4 % du budget des ménages français. Une part égale à celle des loisirs ou de l’habillement. Et cet « effort énergétique » reste incompressible. Entreprendre des travaux de rénovation énergétique apparaît comme l’un des moyens à privilégier pour réduire ses factures énergétiques. 


Première étape : avoir une idée précise de la performance énergétique de votre logement pour identifier les axes d’amélioration. Le diagnostic de performance énergétique (DPE) est un document obligatoirement fourni par le vendeur à l’acquéreur, au moment de l’achat du bien immobilier. Il donne une estimation précise de la consommation énergétique d’un logement et de son taux d’émission de gaz à effet de serre. Si vous ne disposez pas déjà de ce document, il peut être intéressant de le réaliser en vue de vos travaux de rénovation. Il est valable 10 ans. Le prix du DPE varie en fonction de la superficie et du nombre de pièces du logement et s’élève entre 100 et 250 euros. 


Autre possibilité : faire réaliser un audit énergétique par un professionnel qualifié ou un architecte. Après une visite des lieux, ce spécialiste de l’habitat vous fournira une analyse précise de l’état énergétique de votre logement. Il sera aussi en mesure de vous conseiller sur les solutions les plus adaptées, vous aiguillant sur un scénario de travaux. 


Rénovation globale ou progressive de votre logement ?  

Une fois ce diagnostic élaboré, deux options s’offrent à vous. Vous pouvez décider de prioriser certains travaux et d’étaler le chantier sur plusieurs années ou vous lancer dans une rénovation globale de votre habitation. Selon FAIRE, le service de l’État dédié à la rénovation énergétique, il est financièrement plus pertinent d’engager une rénovation globale. « Ce type de rénovation, qui combine plusieurs types de travaux, permet de diviser votre facture de chauffage par quatre ou plus », précise FAIRE. Toutefois, si vous ne disposez pas d’un budget suffisant pour ce vaste chantier, il est possible de prioriser. 



- L’isolation : 

avant de penser à s’équiper d’un système de chauffage performant, il est essentiel de s’attaquer aux déperditions d’énergie causées par une mauvaise isolation. Un confort thermique optimum vous fera profiter d’une chaleur agréable en hiver et d’une fraîcheur idéale en été. C’est au niveau du toit que sont observées les principales déperditions de chaleur (25 % à 30 %), puis au niveau des murs (20 % à 25 %), du plancher et ensuite des fenêtres et des portes. 



- Le chauffage  :

il représente 67 % de la consommation énergétique du logement. Si votre chaudière a plus de 15 ans, il est impératif d’en changer rapidement. Quitte à remplacer votre chauffage obsolète, renseignez-vous sur les chauffages utilisant les énergies renouvelables, ils peuvent s’avérer intéressants. 



- Le chauffe-eau  :

dans un logement ancien, la production d’eau chaude représente 10 % à 15 % de la consommation énergétique globale. En cas de changement de votre chauffe-eau, veillez à ne pas surdimensionner votre ballon d’eau chaude, source de surcoût. 


- La ventilation  :

l’installation d’une VMC efficace permet de renouveler l’air intérieur et d’éviter l’humidité à l’intérieur de votre logement



Anticiper le financement de vos travaux de rénovation 


L’État a instauré un panel d’aides financières, afin d’inciter les propriétaires à réaliser des travaux de rénovation énergétique. L’objectif ? Rendre le parc immobilier français plus performant sur le plan énergétique.


Les aides mises en place par l’État sont nombreuses et diverses. L’écoprêt à taux zéro est un prêt spécifique dédié aux opérations de rénovation énergétique. Suivant le type de travaux et vos ressources financières, il est également possible de bénéficier du Crédit d’impôt pour transition énergétique (CITE). Des subventions publiques sont également accordées par l’Anah (Association nationale pour l’habitat), l’Ademe ou encore les collectivités. Enfin, le dispositif des Certificats d’économie d’énergie vient compléter cet arsenal d’aides financières. 


Sélectionner des professionnels fiables et certifiés  


Pour bénéficier des aides financières attribuées par l’État, veillez à solliciter des professionnels Reconnus garants de l’environnement (RGE). Cette certification est obligatoire si vous souhaitez percevoir ces aides. 



Mise à jour le 05/08/2019