Prélèvement à la source et revenus fonciers : quels impacts ?

À partir de 2019, les revenus fonciers entrent dans le cadre du prélèvement à la source. Quels en seront les impacts ? Décryptage et explications.  

 

Le prélèvement à la source et les revenus fonciers : explications

 

En 2019, en fonction du taux de prélèvement calculé par les services des impôts, un acompte sera prélevé de façon mensuelle sur votre compte bancaire. Ce taux sera défini en amont, en fonction des données dont dispose l’administration fiscale sur votre foyer. Vous pourrez cependant, si vous le souhaitez, demander un prélèvement trimestriel. De plus, l’année 2018 est ce qu’on appelle une « année blanche » : ce qui veut dire que les revenus fonciers perçus durant cette année ne seront pas imposés, sauf revenus exceptionnels.

 

En cas de travaux, que se passe t il ?

 

2018 étant une année blanche, la déduction fiscale des travaux réalisés durant cette année sera sans effet fiscal, ou alors un effet fiscal limité en cas de revenus exceptionnels. Dans la mesure où les loyers perçus ne seront pas imposés, les travaux effectués la même année ne le seront pas non plus. L’objectif n’étant pas de vous obliger à repousser la date de vos travaux, une mesure anti optimisation a été mise en place. Explications.

 

En 2018, du fait de l’absence d’effet fiscal, seuls les contribuables ayant perçus des revenus exceptionnels ont réellement intérêt à faire des travaux. En effet, la déductibilité des travaux en 2019 équivaudra à la moyenne de ceux réalisés en 2018 et 2019. Ainsi, si vous n’effectuez aucuns travaux en 2018, vous ne pourrez déduire que 50% de ceux réalisés l’année suivante.

 

Cependant, si vous n’avez aucun revenu exceptionnel en 2018, l’idéal reste d’attendre 2020 pour vos travaux afin de profiter d’une déductibilité normale.


Créée le 14/09/2018