Risqué le crowdfunding immobilier ?

C’est une nouvelle tendance : des plateformes Internet proposent aux particuliers d’investir dans des projets immobiliers. Les plus values semblent très attractives. Qu’en est il réellement ? Comment rester vigilant et assurer ses arrières ?
                                    
 

Un nouveau type d’investissement immobilier


Les sites Internet de crowdfunding, aussi appelés plateformes de financement participatif, ont d’abord été connus pour financer des startups ou des artistes musicaux. Cette tendance a maintenant cours dans l’immobilier. Il existe désormais de plus en plus de sociétés de ce type. Le principe : le site de crowdfunding rassemble les investissements des particuliers et les transfère au promoteur qui va concevoir, construire et vendre un programme immobilier. Neuf, ancien, logement ou bureaux… Cela peut concerner tous les types de biens.
 
Depuis deux ans les sites de crowdfunding immobilier fleurissent. Crowdimo.fr, Wiseed, Lymo… Chacun propose des investissements différents. Soit on choisit d’être actionnaire aux côtés des professionnels de l’immobilier, soit on souscrit à un emprunt obligataire. Une fois la livraison du projet immobilier effectuée, le particulier récupère son investissement et touche ses intérêts. Il n’y a cependant pas de garantie. Effectivement, comme pour n’importe quel investissement, il faut aussi être conscient qu’une rentabilité élevée va souvent de pair avec risque élevé.
 
 

Vérifier l’agrément de l’AMF

 
Nouveau et en plein essor, ce secteur d’activité voit de nouveaux acteurs arriver sur le marché toutes les semaines. Bien souvent, ces nouvelles plateformes de financement participatif à vocation immobilière n’ont pas l’agrément de l’Autorité des marchés financiers (AMF) et font miroiter des taux de rentabilité particulièrement attrayants. Mais cela pourrait engendrer des mauvaises surprises pour les investisseurs particuliers.


Créée le 10/07/2017