Rennes Rue de l'Alma, la Ville renonce à exproprier le pavillon

La Ville de Rennes vient d’abandonner la procédure d’expropriation de Gisèle et Roger Chantepie. Les deux propriétaires septuagénaires, risquaient d’être expropriés par la ville qui souhaitait construire des logements sociaux à la place de leur maison au 84 Rue de l’Alma.

Le contentieux



La Ville, en contentieux avec le couple depuis de longs mois, avait pour projet de préempter la maison afin d’y construire un bâtiment de deux étages composé de 19 logements sociaux, dans le cadre du réaménagement du quartier. Attachés à leur maison et à leur quartier, Gisèle et Roger Chantepie n’avaient pas accepté les sommes proposées par la Ville (successivement 215 000 €, puis 305 000 € et enfin 340 000 € pour acheter la maison située près du centre ville).

Ils ne voulaient pas quitter leur pavillon, acquis en 1976 et où avaient grandis leurs trois enfants. Ils avaient engagés des recours afin de pouvoir rester chez eux. D’autres riverains de la Rue de l'Alma partageaient leur combat.

La Ville de Rennes renonce à l’expropriation



Sébastien Sémeril, premier adjoint au Maire de Rennes, explique ce changement de direction : « L’aménagement de la rue de l’Alma avance bien, la mixité sociale est respectée, nous n’avons pas nécessairement besoin de ces nouveaux logements sociaux. » Le couple Chantepie peut donc continuer à habiter sa maison au 84 rue de l’Alma. S’ils souhaitent la vendre à l’avenir, la mairie en sera acquéreur en priorité du fait d’une prescription de préemption.

Enfin, une autre prescription touche désormais la maison : celle de mixité sociale (s’il est construit un immeuble à cet emplacement, il ne pourra pas s’agir d’un projet immobilier classique).


Mise à jour le 22/09/2017